Afficher le menu

J'aide un proche

Vous suspectez une baisse de l'audition chez un de vos proches, les symptômes se multiplient. Comment l'aider à en prendre conscience ou le décider à réaliser un test de dépistage auditif ? Voici quelques conseils pour aborder le problème et six arguments pour dialoguer.

Comprendre un proche qui perd l'ouïe

Vous avez remarqué chez un proche des signes de mauvaise audition. Cette personne vous fait répéter, monte le volume, s'isole. Comment l'aider ?

Il faut d'abord comprendre qu'une perte auditive est le plus souvent progressive. C'est pour cela que la plupart des gens mettent du temps à s'en rendre compte et à l'accepter. Pour comparaison, le texte d'un livre peut-être flou et nécessite qu'on approche la page. Ce geste bien connu rend très "visible" le problème, tant par le lecteur, que par l'entourage. Mais on peut passer à côté d'une baisse progressive de l'ouïe ou ne pas vouloir l'admettre. D'ailleurs, votre proche vous signale peut-être que ce sont les autres qui n'articulent pas ou parlent trop vite.

Jean dort, mets le son !

Les avantages d'un dépistage précoce de la baisse d'audition

L'ouïe se détériore progressivement et ne pourra pas être récupérée. Un dépistage précoce permet de limiter les conséquences directes de la baisse d'audition, à savoir les problématiques de santé, d'isolement, d'anxiété de la personne (et de son entourage), la dépendance. Ce dépistage mis en œuvre suffisamment tôt, quand les premiers signes apparaissent, favorise donc le maintien :

  • D'une meilleure santé
  • D'une vie sociale riche
  • D'une autonomie prolongée.

Bref, si vous sentez chez ce proche des réticences psychologiques à consulter, à admettre les signes avant-coureurs de troubles auditifs, voici quelques conseils pour l'accompagner.

4 conseils pour aborder la question :

  1. Abordez la question au moment opportun : un temps calme dans un endroit où vous pourrez échanger sans brouhaha environnant.

  2. Encouragez le/la à raconter les situations dans lesquelles il/elle se sent de moins en moins à l'aise. Vous l'aiderez ainsi à franchir le pas vers un dépistage.

  3. Dédramatisez ! En effet, les technologies et soins permettent de solutionner aujourd'hui une majorité des problématiques d'audition.

  4. Restez présent, à l'écoute et proposez lui d'aller faire contrôler votre audition ensemble !

Dépistage gratuit

6 arguments pour l'aider à franchir l'étape du dépistage

Les conseils ci-dessus n'ont pas été suffisants ? C'est très courant. En effet, la baisse auditive peut être le signe du vieillissement ou encore, un signe inattendu si elle intervient plus jeune. Très souvent, dans ces deux cas, les patients ne se sentent pas concernés. Pour aller plus loin, voici donc d'autres points pour vous permettre d'échanger sur le sujet.

  1. Le test est rapide et gratuit. En bref, s'il n'y a aucun problème, vous serez vite fixés !

  2. On contrôle bien notre vue... Alors, vérifier son audition doit être un réflexe du même ordre quand un inconfort se prolonge.

  3. Qui veut se priver de bons moments ? Entendre, c'est communiquer, être compris et comprendre, sans angoisse d'interprétation. C'est également profiter pleinement des chants d'oiseaux, du plic-ploc des premières gouttes d'eau d'un orage estival, des rires d'enfants, de la musique, d'une pièce de théâtre ou d'un film. S'en priver, quel dommage !

  4. Dépistage tardif = problèmes plus grands. Parmi ces conséquences, on notera de possibles difficultés d'apprentissage ou au travail, isolement, anxiété, troubles cognitifs... Plus grave à terme, les études* ont montré qu'un trouble de l'audition non pris en charge favorise dans le temps la démence et les maladies neurodégénératives type Alzheimer. Agir avant de subir les conséquences est une sage idée.

  5. Se mettre en insécurité. C'est le cas quand votre proche n'entend pas le bruit d'un véhicule, une voix qui l'alerte d'un danger ou s'il n'entend pas une alarme incendie... A minima, il peut aussi rater son réveil et donc un rendez-vous important !

  6. Prendre soin de soi, c'est prendre soin des autres. D'abord, vous aimeriez que votre proche concerné vous comprenne quand vous lui parlez. Et à dire vrai, vous êtes triste et inquiet de le voir s'isoler. Vous aimeriez qu'il profite pleinement des repas de famille, des sorties au restaurant. Et enfin, vous devez sans cesse répéter, subir le volume de la télévision, de la radio... Bref, un cocktail un peu difficile à avaler. Par conséquent, si votre proche ne le fait pas pour lui, peut-être peut-il le faire pour vous ce test auditif ?

*étude « PAQUID », publiée en 2018 par Pr Hélène AMIEVA (Inserm) et son équipe, réalisée chez 3777 personnes âgées de plus de 65 ans, réaffirme et reprécise les liens entre perte d’audition et les 4D (dépression, démence, dépendance et décès).

Le saviez-vous ?

98% des Français sont déjà allés chez un ophtalmologue, seulement 47% ont déjà rencontré un ORL.

icon-user